La fin d’une histoire entrepreneuriale

Publié par Agnes b 62 le

La fin d'une histoire entrepreneuriale

Je l’avoue, je suis triste aujourd’hui ; et pas seulement parce que le Président de la République nous a annoncé hier soir un reconfinement général pour au moins un mois à partir de ce soir. Je veux vous parler de la fin d’une histoire entrepreneuriale pour cause de non-succession.

La communication digitale des entrepreneurs

Elle est indispensable, même si vous n’en avez pas toujours conscience. En ces temps de crise sanitaire liée à la COVID-19, le Web est le seul endroit où tout un chacun peut travailler, s’exprimer, se faire connaître, promouvoir ses produits.

Il y a juste un an, j’ai convaincu l’un d’entre eux, artisan savonnier, de me faire confiance, booster sa notoriété et sa visibilité sur le Web.

Le Web comme espace de liberté

Certains d’entre vous savent que je partage ma vie entre Clichy-La-Garenne et le Morbihan où se trouve ma « vie privée ». Parce que je travaille sur Internet, je m’organise entre les deux. Cela n’empêche pas que l’échange « en réel », direct, visuel, est essentiel.

Je connaissais la Savonnerie du Golfe en tant que cliente. Je trouvais son potentiel exceptionnel ; des produits cosmétiques naturels, écocertifiés, d’excellente qualité, que j’avais adoptés ; j’ai laissé tomber sans regret les grandes marques, telles celles qui prétendent que « je le vaux bien ».

Communication internet locale

Un jour que j’allais me « ravitailler » à la Savonnerie du Golfe, j’ai proposé à l’artisan-propriétaire, André Rouxel, de me confier les rênes de ces réseaux sociaux. J’avais auparavant analysé la visibilité de son compte Google My Business et de sa page Facebook, ; l’objectif était de développer sa notoriété et booster son activité.

L’atout de cette petite entreprise locale était d’avoir un site en ligne. La Presqu’île de Rhuys est un haut lieu du tourisme breton. Les estivants qui l’auraient découverte durant leurs congés seraient ravis de continuer à bénéficier de ses produits tout au long de l’année.

Communication Internet nationale

Mais pour ce faire, il faut que les clients soient informés régulièrement de ce que les boutiques et le site leur proposent. La page Facebook et le compte Google My Business, avec ses deux implantations sur le Port du Crouesty et Le Hézo, sont devenus les supports à cette promotion.

Cela s’est fait au travers de posts réguliers et variés ; j’ai valorisé le côté naturel et sain des produits, la fabrication locale et artisanale et les savoir-faire ancestraux ; je pense entre autres au savon d’Alep, à l’huile d’Argan ou aux sels de la mer Morte.

Pas de repreneur ? La fin d’une histoire entrepreneuriale !

Cela faisait 30 ans qu’André Rouxel avait développé cette savonnerie. Ayant largement dépassé l’âge de la retraite, il avait très envie, et on le comprend, de transmettre ses savoirs et savoir-faire à un repreneur. Pourtant, l’heure a sonné et voilà la fin d’une histoire entrepreneuriale.

Moralité ? Échec sur toute la ligne. Personne n’a été capable de relever le défi. Peut-être l’investissement financier était-il très élevé pour un repreneur éventuel, et nul ne peut le reprocher à quiconque. Ma question reste quand même : qu’ont fait les acteurs locaux pour valoriser ce capital entrepreneurial et humain ?

Dans cette langue de terre qui mise tout sur le tourisme, qui ressemble à s’y méprendre à un EHPAD à ciel ouvert, où près de 70 % des maisons sont des résidences secondaires, la crise de la COVID-19 a clairement fait apparaître les limites d’un modèle économique stupide et court-termiste.

L’entreprise doit miser sur le digital

Beaucoup y sont encore rétifs, n’en voyant que les aspects négatifs et à aucun moment le potentiel de visibilité et de diffusion. Les réseaux sociaux ont mauvaise presse. Ils peuvent vite devenir chronophages quand on ne sait pas les utiliser à bon escient.

Pourtant, la Page Facebook de la Savonnerie du Golfe avait réuni une véritable communauté et sa fermeture la laisse orpheline. Beaucoup de clients, hors du territoire local, ont fait part de leur déception lorsque le site Web a fermé.

Plus que jamais, une entreprise, qu’elle propose des services ou des produits, doit être sur le Web et nouer des liens entre son site, vitrine ou marchand, et les comptes sociaux, Facebook, Instagram, Linkedin et Google My Business.

Il en va, aujourd’hui de la survie, demain, j’espère, du dynamisme de nos entreprises.

Ma seule consolation aujourd’hui est d’avoir pris un véritable plaisir à promouvoir un artisan, des produits merveilleux, et une production locale à l’échelle nationale.

A bientôt !

Agnès Boucher, Création Site Web & Rédaction Web / Formation Stratégie Digitale

N’hésitez pas à visiter mon site auteure !


2 commentaires

FRANCOISE LEMEE · 29 octobre 2020 à 15h00

C’était devenu « LE cadeau local » que j’offrais. J’avais l’intention d’y aller pour Noël.
Le savon de Marseille c’est du vrai de vrai…. indispensable en cette période !
Bon vent à ce monsieur.
C’est grâce à son site Facebook que je suis allée chez lui.

Agnès Boucher · 29 octobre 2020 à 15h44

Eh ! Oui, Françoise, le site avait nettement gagné en visibilité grâce au trafic de la Page facebook et des fiches google My Business, indispensables à toute entreprise locale pour se faire connaître et se développer. Moi aussi, je vais regretter La Savonnerie, en tant que professionnelle du Web et en tant que cliente… Allez voir André Rouxel était toujours un plaisir 😊😢

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.